Stratégie à la Une : Tournoi ou cash-game ?

Il existe deux grandes formes de poker : les tournois et le cash-game.

Chacune a ses spécificités et la façon de jouer n’est pas la même. Le Blog Everest Poker et Betclic, vous propose aujourd’hui de différencier les caractéristiques importantes des tournois et du cash-game en Texas Hold’em No Limit, pour gagner durablement.

cgmtt

Tournoi ou cash-game ?

Tournoi : Les Sit & Go

C’est le format le plus répandu et le plus connu.

Popularisé par les salles de poker en ligne comme Everest Poker et Betclic, il permet de faire une partie en peu de temps, contre un nombre limité d’adversaires (généralement 9 ou 10 joueurs). Les Sit & Go sont un excellent moyen de s’entraîner et de progresser rapidement, avant de prendre part aux gros tournois multitables.

Dans un Sit & Go, vous démarrez avec un certain nombre défini de jetons (à voir selon le format de jeu) et votre objectif est de gagner tous les jetons de la table pour vous adjuger la victoire. Mais ne soyez pas pressé, le chemin est tout de même long. L’erreur classique est de vouloir gagner trop vite, trop tôt, en prenant des risques inconsidérés alors que les blindes sont encore faibles.

Dans les premiers niveaux de blindes, soyez patient et sélectionnez avec soin vos mains (voir article sélection des mains de départ).

Comme les blindes sont assez faibles par rapport aux tapis de départ, vous pouvez relancer à 4 ou 5 fois la blinde, au lieu de la relance classique à 3 fois la blinde. Cela rend plus coûteux le fait de payer votre relance et crée un pot plus gros que vous avez de grandes chances de remporter avec votre bonne main. Ne jouez les connecteurs assortis et les petites paires qu’en position, et contentez-vous de suivre si des joueurs ont déjà payé la blinde avant vous. S’il y a eu une relance, ne payez pas si elle excède 4 fois la grosse blinde.

Dans les premiers niveaux d’un Sit & Go, jouez serré car il y a encore beaucoup de joueurs.

Dans les niveaux intermédiaires, vous devez vous montrer plus offensif et commencer à voler les blindes qui représentent une part plus significative de votre tapis.

Le vol de blindes est essentiel pour vous permettre de survivre à l’augmentation des blindes, et pour accroître votre stack. A ces niveaux de blindes là, évitez de payer des relances, mais essayez au contraire d’être le premier relanceur préflop. Cela vous donne une chance de remporter le pot préflop, et si vous êtes payé vous pouvez encore le gagner grâce à un continuation bet au flop.

Les connecteurs assortis et les petites paires deviennent moins intéressants à jouer car vous n’avez plus de bonnes cotes implicites.

Enfin dans les derniers niveaux de jeu, vous devez être agressif et ne pas avoir peur d’envoyer All In si votre tapis est descendu à moins de 10 grosses blindes. Il est impératif d’être le premier à relancer, et vous devez avoir une bonne position, avec peu de joueurs restants derrière vous. A l’approche de la bulle, vous devez redoubler d’agressivité pour mettre la pression sur les adversaires frileux qui espèrent être dans les places payées. Votre objectif est de gagner le Sit & Go, pas de finir 3ème.

Par conséquent, le vol de blindes et l’agression contrôlée sont vos armes !

Le format 6-Max, 6 joueurs par table pour un condensé d'action

Un Sit & Go sur Everest Poker.fr

Lorsque vous n’êtes plus que trois joueurs, continuez à voler les blindes et à relancer agressivement pour faire grossir votre tapis, en prévision du head’s up final. Ne vous contentez pas de caller la grosse blinde quand vous entrez dans un coup, mais faites le toujours en relançant.

Le panel de mains que vous jouez peut être également plus large car vous n’êtes plus que trois joueurs : tout As, tout Roi avec un kicker 8 au minimum, tout broadway et toute paire sont des mains de relance. S’il y a une relance avant vous et que vous détenez une main premium ou une main forte (A-10 +, R-D +, 9-9 +), relancez à tapis.

Les pots se jouent préflop donc sélectionnez des mains avec un fort potentiel à l’abattage (comme des grosses cartes et des paires moyennes et fortes), et excluez tous les connecteurs assortis et les mains moyennes.

Enfin, si vous arrivez jusqu’en head’s up, c’est-à-dire en tête-à-tête, soyez agressif pour gagner. L’élément capital est que vous n’êtes plus que deux, et que vous êtes engagé à chaque main (soit en petite blinde, soit en grosse blinde). Vous devez donc jouer beaucoup plus de mains. Au bouton, vous êtes le premier à parler préflop mais vous aurez la meilleure position après le flop.

Relancez donc très souvent et limpez de temps en temps. Si votre adversaire paye votre relance, il aura des décisions difficiles à prendre postflop. Sachez aussi que vous n’aurez pas souvent quelque chose au flop. Mais votre adversaire sera dans le même cas de figure que vous ! Avec une paire ou plus, misez donc et ne soyez pas passif ou trop timoré.

Dernier conseil : si vous détenez une main très forte (paire d’As ou paire de Rois préflop, minimum deux paires au flop), n’hésitez pas à vous embusquer et à piéger votre adversaire pour lui prendre tout son tapis ! La victoire est à portée de main …

Tournoi : Les tournois multitables ou MTT

Les tournois multitables diffèrent des Sit & Go classiques dans le sens où il y a plusieurs tables et le nombre de joueurs est plus élevé.

La stratégie de base est la même que pour un Sit & Go, c’est-à-dire que vous allez jouer serré dans les premiers niveaux et être beaucoup plus agressif à mesure que les blindes augmentent. Quelques petits ajustements sont tout de même à effectuer dans votre jeu.

Premièrement, les tapis de départ sont parfois plus conséquents, donc vous avez une meilleure profondeur de tapis, ce qui vous permet de jouer plus de coups développés. Les cotes implicites sont également à prendre en compte en début de tournoi : toucher une grosse main masquée peut vous rapporter beaucoup de jetons, voire le tapis entier d’un adversaire.

Soyez plus enclin à jouer des mains à potentiel (petites paires, connecteurs assortis, broadways assortis…) si les stacks font au moins 100 BB. La perte est minime mais la récompense peut être gigantesque.

Deuxièmement, préparez-vous à jouer bien plus longtemps que dans un Sit and Go classique.

Dans les gros tournois, 40% des joueurs restants sont éliminés chaque heure en moyenne. La clef de la réussite est la patience et une bonne sélection de mains. Personne ne gagne un tournoi multitables rapidement, donc même si vous doublez votre tapis dès le départ, le chemin vers la table finale et la victoire est encore très long.

Il est impératif que vous ayez en tête que vous allez jouer pendant plusieurs heures. Hors, la fatigue, la lassitude et la perte de concentration sont quelques-uns des dangers qui vous guettent sur ce genre de tournois marathons.

En fin de tournoi, il peut y avoir de grosses différences dans les tapis des joueurs !

mtt

Gagnez gros en tournois sur Everest Poker et Betclic

Troisièmement, le profiling est moins efficace, en tout cas dans les premiers niveaux. En effet, les tables cassent régulièrement en début de tournoi ; prendre des notes sur des joueurs est certes utile, mais si vous quittez la table au bout de quelques tours, vous n’aurez pas eu le temps d’exploiter vos analyses du jeu de vos adversaires.

Concentrez-vous plus sur votre jeu dans un premier temps. Par contre dans les dernières tables d’un grand tournoi, il devient primordial, voire même indispensable, de recueillir des informations sur les joueurs que vous affrontez en perspective des derniers niveaux.

La table finale dure généralement assez longtemps, car dès que plusieurs joueurs sont éliminés, les tapis deviennent plus profonds, et le jeu postflop reprend quelque peu ses droits. Il faut arriver à cerner le profil de vos opposants en les catégorisant de façon générale tout d’abord (serré ou large, agressif ou passif, direct ou sournois).

Et il faut aussi repérer plus précisément leurs habitudes de mise, les mains qu’ils jouent en fonction de leur position, s’ils défendent leurs blindes etc. Tout ce travail peut paraître long et fastidieux mais il peut faire la différence sur une ou deux mains disputées. Et rappelez-vous que le poker se joue parfois sur des détails…

Quatrièmement, vous devez vous intéresser à la structure des gains (aussi appelée prize-pool). Dans un Sit & Go, la répartition habituelle est 50% pour le premier, 30% pour le deuxième et 20% pour le troisième. Mais la répartition est bien différente pour un tournoi multitables. Les sommes en jeu sont déjà bien plus élevées, avec entre 10% et 30% de joueurs payés selon la structure de paiement.

Au fur et à mesure qu’on gravit l’échelle des gains, les montants gagnés augmentent, mais faiblement et de façon régulière. Les structures de gains sont lissées, les montants gagnés croissent lentement, et il faut vraiment finir dans les dernières places pour gagner une somme intéressante.

Cela signifie que vous devez viser la première place avant tout, pour rentabiliser le temps passé à jouer un long tournoi.

En effet, une première place équivaut à des dizaines de places payées. Par conséquent, soyez agressif en fin de tournoi, notamment à la bulle quand la plupart des joueurs veulent juste entrer dans les places payées.

Se faire éliminer n’est pas dramatique, mais vous donner une chance d’aller au bout du tournoi en volant les blindes et les antes méritent de prendre quelques risques. Beaucoup de joueurs font l’erreur de resserrer leur jeu en fin de tournoi, tétanisés par l’enjeu et désireux de repartir avec un gain, même modeste.

Mais cette analyse du prize-pool montre qu’il faut viser exclusivement les premières places, et que vous devez au contraire élargir votre range de mains et mettre le maximum de pression sur vos opposants.

Si vous arrivez à vous construire un gros tapis pour la table finale, vous êtes bien parti pour gagner !

Dans un prochain article, retrouvez notre focus sur le poker en format cash-game.

Exprimez vous!

*