Quels ajustements devez-vous effectuer quand vous jouez en cash-game ?

Quels ajustements devez-vous effectuer quand vous entamez une partie de poker en cash-game ? C’est ce que nous allons décortiquer aujourd’hui sur le Blog, dans un nouvel article stratégique…

cgevp

Lors d’un tournoi multitables ou d’un Sit & Go, hormis durant les premiers niveaux de blindes, vous avez rarement une grande profondeur de tapis.

A l’inverse, en cash-game, vous pouvez caver (débuter) à 100 grosses blindes et certaines tables permettent même de démarrer avec une somme encore plus importante. Le jeu n’est pas le même car des tapis élevés comparés aux blindes autorisent un jeu postflop plus développé et surtout plus complexe.

Vous pouvez fréquemment arriver à la river, ce qui n’est souvent pas possible avec 30 ou 40 grosses blindes dans un tournoi. La maîtrise du jeu postflop est primordiale pour devenir un joueur gagnant en cash-game. Vous devez connaître et utiliser à bon escient tout votre répertoire de coups, comme le continuation bet, le floating, ou encore le check raise.

Vous devez jouer un poker solide, correct mathématiquement et vous devez moins slowplayer puisque les tapis sont profonds et qu’une carte gratuite peut vous coûter très cher. Vous devez aussi savamment doser vos mises pour construire le pot comme vous le désirez. Miser 100 % du pot à chaque tour d’enchères conduira inévitablement les joueurs à tapis à la river. Vos bluffs doivent aussi être réfléchis car s’ils peuvent rapporter un joli pot, ils peuvent aussi en faire perdre d’importants.

Ne partez pas à tapis trop vite !

Quand vous vous retrouvez avec 10 grosses blindes en tournoi, vous n’avez pas peur de partir à tapis préflop avec une main comme TT ou AK. Quand vous avez 100 grosses blindes devant vous c’est très différent. Vous n’avez tout simplement pas envie de jouer un coin flip de 100 grosses blindes, ou d’être un gros outsider face à une grosse paire servie.

En effet, imaginez la séquence suivante. Vous possédez une paire de valets en début de parole. Vous relancez d’un montant de 3 fois la grosse blinde. Un joueur derrière vous sur-relance à 9 fois la grosse blinde.

Vous aimez votre paire de Valets et décidez de le relancer à nouveau, à 25 fois la grosse blinde. Que se passe t-il ici ? Vous avez annoncé une très grande force en relançant puis en sur-relançant une sur-relance préflop. Un joueur qui réfléchit un minimum ne va vous donner de l’action que s’il vous bat. C’est-à-dire qu’il va jeter toutes les paires moyennes que vous battez et ne relancer ou caller qu’avec AK ou KK/AA. Et à part contre AK, vous êtres très loin derrière ces mains!

La leçon à tirer de ce cas de figure, est que vous ne devriez engager votre tapis qu’avec de très bonnes mains, c’est-à-dire AA, KK voire QQ. Les autres mains ne seront pas souvent favorites dans une confrontation à tapis avant le flop. Il vaut mieux simplement payer une relance avec JJ ou TT pour voir le flop et aviser ensuite, que de jouer à la roulette !

Comme vous avez un tapis important, vous devez aussi faire attention à ne pas faire all-in n’importe comment après le flop.

Les mains comme top paire avec top kicker sont des mains qui gagnent des pots, mais pas des gros pots. Car si vous avez AK sur un flop AJ8, et que vous misez fort, quiconque ne bat pas la paire d’As ne va pas vous suivre car l’As est tout simplement trop évident. Par contre, vous allez être payé par les doubles paires et les brelans et perdre beaucoup avec votre simple paire. Vous devez être à la place du joueur qui a le brelan, pas de celui qui a la paire d’As!

Tenez compte des cotes implicites !

Comme les tapis sont profonds, vous pouvez gagner beaucoup si vous touchez un brelan, une quinte ou une couleur. Vous pouvez donc jouer plus aisément des connecteurs assortis ou des petites paires servies dans le but de trouver une forte combinaison et de la rentabiliser tout le long du coup ensuite.

Cela est possible parce que même si vous êtes sur un tirage et n’avez pas encore de jeu fait, il reste suffisamment d’argent à votre ou vos adversaires pour vous payer grassement si vous réussissez votre tirage.

Observation, profiling et prise de notes en ligne

Quand vous jouez longtemps à la même table, il est important d’observer les joueurs et de les « profiler ».

Vous devez identifier s’ils sont serrés ou larges, agressifs ou passifs, s’ils tendent des pièges ou jouent de façon directe, s’ils misent d’une certaine façon selon le board etc. Toutes ces informations vont vous être très utiles pour arriver à deviner leur main et prendre de meilleures décisions dans des coups ultérieurs.

Et n’oubliez pas qu’il faut observer les joueurs même quand vous n’êtes pas impliqué dans la main. Vous obtenez des informations gratuitement (sans dépenser de jetons) et comme au poker, vous n’êtes pas dans un grand nombre de coups, il faut s’astreindre à cela pour engranger des connaissances sur la façon dont jouent vos adversaires.

Enfin, pour les plus courageux d’entre vous, vous pouvez prendre des notes sur vos adversaires. La plupart des logiciels de poker permettent la prise de note sur tous les joueurs de la table et d’y accéder facilement par la suite.

Même si vous utilisez un tracker, n’hésitez pas à écrire quelques infos que le logiciel seul ne peut vous fournir, comme la tendance d’un joueur à faire des semi-bluffs ou la taille de ses mises en fonction de ses mains de départ.

Comme vous avez pu le constater, le cash-game est un format très différent du tournoi. Vous devez avoir un plan de jeu et bien vous ajuster aux joueurs et à la dynamique de votre table. De nombreuses compétences sont indispensables pour performer en cash-game : calcul des cotes, sélection des mains en fonction de la position, observation, profiling et surtout bonne sélection de table.

Les parties d’argent sont peut-être la forme de poker qui demande le plus de discipline et de sérieux, mais la récompense en vaut la chandelle !

Exprimez vous!

*