Move à la Une : Le floating

Le floating est un coup technique qui permet de s’opposer aux joueurs abusant du Continuation Bet au flop. Bien maîtrisé, il vous permettra de remporter de nombreux pots et de devenir difficile à jouer pour vos adversaires.

La majorité des joueurs de poker connaissent et utilisent le Continuation Bet. Toutefois, une paire ou mieux, ne sera formée qu’environ une fois sur trois au flop, et la plupart du temps, personne n’aura de main valable. Le floating va alors être un move avantageux pour voler nombre de ces pots dits « orphelins », qui ne demandent qu’à être pris.

Au sens littéraire, le mot floating en anglais signifie « flottement ». Ce move réside dans l’action de payer la mise de son adversaire au flop, pour ensuite miser au turn si l’adversaire checke, pour remporter le pot.

L’importance de la position sur son adversaire est donc primordiale pour la réussite de ce coup. Le floating s’utilise principalement contre un seul adversaires. Il est fortement déconseillé de tenter un floating dans un pot multi-joueurs, avec 3 joueurs ou plus.

floating

Une bonne main pour effectuer un floating

Dans quelles situations peut-on utiliser le floating ?

Le point décisif qui va définir l’échec ou la réussite de votre Floating, est le profil de votre adversaire.

Les joueurs prévisibles qui après une relance pré-flop procèdent systématiquement à une mise de continuation au flop puis checke au turn si leur main n’a pas été améliorée, sont typiquement vos meilleures opportunités pour réaliser un floating.

A ce stade du coup, il vous suffit alors de miser un montant entre 50% et 100% du pot selon les circonstances, pour le remporter.

Les joueurs serrés « Tight » et très serrés « Nit » sont également de bons clients, car ils ne persisteront pas si vous montrez de la force en callant au flop et en misant au turn.

Préflop, vous allez donc devoir identifier ces joueurs et vous mettre en situation de payer leur relance en position. Vous remarquerez qu’il n’est pas question ici de valeur des cartes, point secondaire dans la réalisation d’un floating. Cependant, même si vous anticipez un floating, vous ne pouvez pas payer avec n’importe quelles cartes préflop. Idéalement, pour contrer un relanceur serré agressif, le mieux est de suivre avec des connecteurs assortis et des paires servies.

Plus le relanceur est situé en fin de parole, plus son éventail de mains est large, et plus la probabilité qu’il détienne une forte main est faible. Car évidemment, s’il s’avère qu’il détient As-As ou Roi-Roi, votre floating a de grandes chances d’échouer.

Dans la majorité des cas (environ 75% du temps), il détiendra deux cartes non appariées comme As-Roi ou As-Dame et il aura besoin de rencontrer le flop pour continuer à investir beaucoup de jetons dans le coup. Le joueur que vous allez tenter de floater doit également pouvoir lâcher une main moyenne, comme la seconde paire du board. Si ce n’est pas le cas et qu’il tombe amoureux de sa main, votre taux d’échecs va augmenter et rendre ce move moins profitable. Les joueurs larges sont moins intéressants à floater car leur range de mains est plus ouvert, donc ils sont moins lisibles et ils peuvent toucher un plus grand nombre de flops que les joueurs serrés. De plus, ils lâchent moins facilement leur main, donc ils pourraient payer votre mise au turn.

Sur quels flops pouvez-vous floater ?

Comme nous l’avons dit, vous tenterez plus de floatings contre des joueurs serrés que contre des joueurs larges. Hors les joueurs serrés jouent un certain éventail de mains. Parmi les cartes qu’ils ont le plus souvent, il y a bien sûr les As, car ils relancent souvent avec As-Roi, As-Dame, As-Valet ou As-10. Ce qui signifie qu’un flop avec un as sera moins intéressant à floater car votre adversaire aura régulièrement la top paire, qu’il jettera difficilement. De même pour un flop avec un Roi.

Par contre, un flop présentant une Dame ou un Valet comme carte haute sera meilleur pour votre plan de jeu. En effet, votre adversaire aura moins souvent cette carte, et il pourra penser que vous la détenez. De même, un flop avec beaucoup de cartes moyennes, comme des 9 et des 10 sera assez effrayant pour lui, surtout si les cartes sont connectées entre elles. Il peut envisager de miser au flop, mais lorsque vous callerez sa mise, il tirera rarement une deuxième salve au turn.

everest_fr_table_en

Un As au flop, une situation difficile pour utiliser le Floating

Les flops avec des cartes basses sont également de bons candidats à un floating car votre adversaire ne relance généralement pas avec ce type de cartes, donc il aura le plus souvent raté le flop. Etudions maintenant les flops avec des tirages quinte et couleur. Quand le flop est très connecté, les joueurs deviennent frileux et sont plus prudents. Vous devrez alors profiter de leurs peurs pour floater et miser au turn si une carte complétant une quinte arrive.

Le même cas de figure peut être employé sur des flops avec un tirage couleur. Vous payez le continuation bet de votre adversaire et le turn amène une troisième carte de même couleur. Peu de joueurs miseront encore à l’apparition de cette carte, et vous allez en profiter pour arracher le pot avec une bonne mise. Cependant, représenter une couleur n’est pas chose évidente, donc vous devez plutôt floater sur un flop tricolore.

Quand votre adversaire mise au turn ?

Si votre adversaire continue à miser au turn, vous aurez une décision à prendre. Par défaut, vous devriez jeter votre main, car votre adversaire a déjà tiré deux cartouches et vous n’avez rien. Il ne sert à rien de s’entêter dans un bluff qui ne marche pas. Abandonnez votre main et attendez une meilleure situation. Mais vous pouvez également le relancer. Avant de faire cela, posez-vous bien un certain nombre de questions. Mon adversaire est-il capable de miser deux fois sans un jeu solide ? Est-il capable de jeter sa main si je le relance maintenant ? Mon bluff est-il crédible ?

A des limites basses, peu de joueurs vont miser deux fois de suite sans avoir un jeu correct. Les joueurs capables de faire un continuation bet au flop et au turn sont rares hors position. Mais si vous avez vu un abattage avec un joueur qui a bluffé deux fois dans la même main, prenez-en note et ajustez vous ensuite. Le deuxième point est aussi important : de nombreux joueurs ne peuvent se résoudre à jeter une paire, même la deuxième ou troisième du board. Par conséquent, le floating sera inefficace contre eux.

Enfin, vous devez veiller à ce que votre floating soit crédible et représente une main forte pour que votre adversaire croit à votre histoire. C’est-à-dire que dans une situation similaire, vous devez au préalable avoir abattu à la river une main décente et l’avoir jouée de la même façon que vous jouez votre floating.

C’est un point primordial à un certain niveau où les joueurs vont observer vos schémas de mise et réfléchir à la façon dont vous jouez vos mains faibles et vos mains fortes. Si vous slowplayez du début à la fin vos mains fortes, votre relance au turn va paraître suspecte. De même si vous avez l’habitude de relancer dès le flop quand vous avez une bonne main. Faites donc bien attention à tout cela quand vous entreprenez un floating face à des joueurs observateurs et avisés. Vos actions doivent être cohérentes et s’apparenter le plus possible à un jeu fort, car relancer la deuxième mise (après le flop) de votre adversaire, et lui faire coucher sa main n’est pas évident !

Mais vous pouvez aussi tenter quelque chose de plus osé que de le relancer sur le turn… le floater à nouveau en vous contentant de payer sa mise !

floating2

Payer votre adversaire est parfois plus effrayant que de le relancer !

Payer votre adversaire est parfois plus effrayant que de le relancer !

Le floating au turn est plutôt rare et doit être utilisé avec parcimonie et dans des circonstances bien particulières. Arrivé aussi loin dans un coup, vos chances de faire coucher votre adversaire deviennent réduites. Pour faire ce move deux fois (floating au flop et au turn), vous avez besoin de bien connaître votre opposant et il faut qu’il y ait un historique entre vous.

C’est-à-dire que vous devez avoir déjà suivi deux fois cet adversaire (ou éventuellement un adversaire à votre table) et avoir montré une très forte main, minimum deux paires voire plutôt brelan. Car en l’absence d’historique, et à moins que votre adversaire n’ait été lui-même en bluff, votre dernière mise ou relance sera payée, quelle que soit son montant. Même si vous mettez tapis à la river, votre adversaire suspectera que quelque chose cloche et peut payer avec une large gamme de mains.

Pour être crédible, il faut vraiment que vous affrontiez un bon joueur qui s’interroge sur la main que vous avez et se demande pourquoi vous avez payé deux fois sans le relancer. Vous devez également avoir une bonne image, celle d’un joueur serré, qui joue des bonnes mains voire qui sous-joue ses monstres, mais pas celle d’un bluffeur ou d’une calling station ! Si ces conditions ne sont pas remplies, vous allez droit dans le mur et vous perdrez une grosse partie voire la totalité de vos jetons. Il est donc fortement déconseillé de floater le flop ET le turn à moins d’être dans une partie d’un niveau très relevé !

Quels avantages y-a-t’il à floater plutôt qu’à relancer au flop ?

Payer simplement le continuation bet de votre adversaire plutôt que le relancer immédiatement permet de minimiser les pertes au cas où vous vous êtes trompés et qu’il possède une bonne main. Ce sera le cas des joueurs qui ne misent au turn qu’avec une bonne main. Alors que si vous le relancez immédiatement, il pourrait vous sur-relancer. De plus, si vous floatez avec des broadway, vous pourriez avoir la bonne surprise de toucher votre carte au turn.

Floater plutôt que relancer permet également de mixer son jeu. En montrant à vos adversaires que vous pouvez aussi bien payer que relancer avec un gros jeu, et évidemment bluffer, vous allez brouiller les cartes et donner du fil à retordre aux autres joueurs de votre table. Il est essentiel de varier son jeu au poker, et le floating permet efficacement de remplir cet objectif et d’introduire des bluffs subtils qui peuvent vous rapporter beaucoup sur le long terme.

Exprimez vous!

*