Les WSOP 2015 vu par…Benjamin Pollak !

Benjamin Pollak notre ambassadeur Betclic Poker, nous à écrit un petit article très sympathique sur son passage aux WSOP 2015 ! Il nous propose même l’analyse de sa dernière main dans l’ Event #58 111,111 $ High Roller One Drop !

Pollak pkfr

Benjamin durant le One Drop

Ça a été long mais c’était fun !

Toujours aussi bizarre de plier bagages après un mois intensif de poker à Las Vegas. Toujours aussi perturbant de revenir à la vraie civilisation déboussolé par ce jet lag qui ne vous quitte pas pendant des jours. Mais je garde avec moi un vrai sourire et de bons souvenirs.

Chacun vit son Vegas comme bon lui semble, et y trace un parcours « pokeristique » propre à la dose de chance qu’il rencontrera. Des deep run, des busts, des Day2 ou 3, des All-in & call, des cash out, le tout commençant et finissant par ce long couloir du Rio qui a vu des rêves se créer dans un sens et souvent s’écrouler dans l’autre.

Mes WSOP ? Ce n’était pas vraiment un rêve, plutôt une sieste, interrompue brutalement par un klaxon te rappelant qu’il faut te lever (de table). Mais je ne me plains pas, je n’ai participé qu’a 7 ou 8 événements… dont le One Drop ! Ah oui je l’avais déjà oublié celui-là (du moins j’avais arrêté d’y penser toutes les 5 minutes).

Cela a été un vrai one shot: la structure voulait que le tournoi soit plié en 2 jours. Transformer 100k$ en 4M$ en 48h, c’est pas avec un taux d’intérêt bancaire à 3,5% que cela arrive. C’est donc en prenant certains risques que l’on peut y parvenir ! Et je l’assume complètement. Il faut savoir en prendre, les calculer et les anticiper au mieux possible.

Même si j’avais vendu des parts, je jouais pour une grosse partie de mon action. Chaque coup joué était décisif dans ce tournoi qui s’est finalement avéré assez turbo.

J’ai réussi à prendre un bon départ et me situer au dessus de la zone de confort. Puis la structure s’est accélérée et j’ai perdu un pot de 55bb avec AA vs 55 contre « Dan Perper » qui a fait TF par la suite. Cette main m’a replongé en dessous des 30bb et j’ai repris le day2 avec 600k sur les blind 15k/30k/4k.

Analyse de ma dernière main :

Cette dernière main jouée m’a laissé perplexe. Sur le moment j’étais persuadé d’avoir pris la meilleure décision, et avec le temps, je pense que non.

Je suis de SB et tout le monde fold jusqu’à moi qui ouvre KTo. Je décide de call avec 20bb de stack effectif. David Sands chek de grosse blind.

  • Le flop est KT4 rainbow

Je ne peut pas espérer mieux et me mets dans l’optique de valoriser au mieux ma main. Je bet 40k (sachant qu’il peut me float une tonne), Il call.

  • La turn est un 5

Je bet 90k. Il call a nouveau.

  • La river est un 9

 Je bet cette fois ci 145k, me laissant 270k derrière (9bb).

Il ne se laissa que quelques secondes avant de raise All in (il a plus de 2 fois mon stack au départ du coup et nous sommes a 41 left pour 16 itm).

Je vous laisse juger …

Dur de se dire que sa range de any two cards qui check PF en BB soit JQ. Certes sa range se rétrécit avec l’action post flop mais ce coup mérite réflexion.

Quelle est sa range de value raise ici ? Y a t-il que JQ ? Vu mon sizing river (30% pot), le fait qu’il me couvre, que le tournoi soit turbo (du coup qu’il ne faut pas rater les spots de value), j’ai réussi a mettre quasiment toutes les 2 paires dans sa range (cela a peut être été mon erreur). Et j’y ai mis également quelques mains type J4, Q4, J9, Q9 transformant sa main en bluff river.

Voilà sur le moment ce qui m’a permis de justifier un call…Un call qui m’a renvoyé directement dans ce fameux couloir vous faisant parler tout seul aux oiseaux. Et croyez moi, après ce tournoi, cela ressemblait plus à une volière qu’a un couloir !

Mais heureusement que tout n’a pas été tout noir durant ces WSOP. La piscine était à bonne température, les restaurants délicieux, les soirées arrosées et surtout les cash game très juteux.

J’ai passé la majorité de mon temps au Bellagio dans la Bobby’s Room à grind en PLO aux blind 100/200 et 200/400. J’y ai connu mon plus gros Up Swing en 7 années de poker !

Donc pas de quoi se plaindre pour ce mois de juin !

Même si les finances sont au vert, je ne perds pas mon esprit de compétition et ma soif de victoire en tournoi. J’ai déjà hâte de me retrouver à table pour la prochaine étape du Everest Poker Live à la Grande Motte, suivi par l’EPT Barcelone fin août !

J’y ai un programme chargé d’autant plus que l’EPT s’oriente beaucoup vers des tournois High Stakes avec leur single Day tournament à fort buy in.

Un mois de répit avant de repartir à la guerre !

Mais qu’est ce que l’on aime ça 😉

See you in la Grande Motte!

Exprimez vous!

*