Fabrice Soulier revient sur son parcours au Main Event des WSOP Europe

De retour de Enghien les Bains où Fabrice Soulier a terminé second du Main Event des WSOP Europe, l’ambassadeur Everest Poker se livre pour le blog poker.fr en revenant notamment sur son parcours tout au long de ce tournoi jusqu’au head’s up final où il finira par s’incliner face à l’espagnol Adrian Mateos Diaz.

Après un été morose aux World Series of Poker à Las Vegas, tu sembles aujourd’hui de retour à ton meilleur niveau avec cette place de runner-up au Main Event des WSOP Europe. Comment expliques-tu ce come-back ?

Après le marathon des World Series de cet été, je me suis reposé et j’ai fait beaucoup de sport. Je me suis également repris en main mentalement, pour

Fabrice Soulier intraitable

travailler sur le « whine » (se plaindre en anglais – NDLR)… ça commençait à m’embêter que l’on dise que ça commençait à devenir ma spécialité 🙂

C’est vrai que j’ai eu une année assez difficile aussi bien au niveau personnel que poker donc j’ai essayé de relativiser en me disant que je faisais ce que je pouvais et que ce n’est pas moi qui décidait de la direction que prenaient parfois les cartes. Ça m’a aidé pour accepter un peu mieux les situations de  bad beat.

J’ai également travaillé mon jeu en regardant des vidéos poker aussi bien de finales que j’ai jouées, mais aussi d’autres finales de grands joueurs de la jeune génération tels que le jeune Benny Spindler. Ces finales m’ont un peu permis de me décomplexer car s’il est vrai qu’ils jouent très bien, ils n’ont rien inventé et les moove qu’ils font, on les fait également depuis 10/15 ans sur le circuit.

Après, je ne suis pas sûr que l’on puisse parler de « come-back« … j’ai pas l’impression d’avoir été bien loin non plus, même s’il est vrai que la variance n’a pas été de mon côté cette dernière année.

En mettant de côté le bracelet en or gagné en 2011, symbole de consécration pour tous les joueurs, il s’agit de ta plus belle performance en termes de gains. Quel regard portes-tu sur ce nouveau résultat ?

Fabrice Soulier

Ce nouveau résultat vient à point nommé et je pense sauver mon année 2013. Le pire c’est que je fais souvent ça. Quand on regarde mon palmarès, j’ai quand même quelques passages à vide et d’un coup, je fais péter LA grosse perf. Il est vrai qu’un field de 375 joueurs, ce n’est pas énorme, mais il devait probablement y avoir 200 des meilleurs joueurs au monde, donc c’était un field très relevé… un peu comme celui du 10.000$ H.O.R.S.E des WSOP que j’ai gagné en 2011 avec seulement 240 joueurs mais parmi les meilleurs de la discipline.

Je suis très content de ce super résultat et ça fait aussi taire les mauvaises langues qui disent que Soulier est fini en No Limit Hold Em… j’aime bien que je suis encore là et même en NLHE 🙂

Es-tu d’accord pour dire que ton deep run dans le Main Event des WSOP Europe 2013, est la plus « belle » performance de ta carrière ?

Même si le gain est plus important avec ma place de runner up, je pense que la plus belle performance de ma carrière reste celle du 10.000$ H.O.R.S.E, mais ça s’est joué à une place près. En effet, si j’avais gagné le Main Event des WSOP Europe, ça serait probablement devenu la plus belle performance de ma carrière, mais en attendant, le bracelet de Champion du Monde 2011 en H.O.R.S.E garde une place prépondérante dans mon cœur.

Pour en revenir à ton tournoi, tu as réalisé un parcours sans faute tout au long de la compétition. Y a t-il cependant un moment ou tu t’es fait peur ?

Depuis le début de l’année, j’ai disputé un grand nombre de tournois et à chaque fois la dynamique était la même. J’attaquais bien le tournoi, je grindais tranquillement jusqu’au moment où je devais jouer mon tapis sur le premier flip du

tournoi et je finissais inéluctablement par le perdre.

Fabrice Soulier

Pendant le Main Event des WSOP Europe, j’ai eu très peur au moment où je me suis retrouvé à tapis en milieu de Day 2 face à Phill Hellmuth pour une confrontation JdJh face au AsKs de l’Américain pour un pot à 110k jetons, alors que la moyenne était aux alentours de 50k. C’était un moment clé car si je n’avais pas passé ce coin flip, j’aurais été éliminé aux environs de la 140e place et on n’aurait pas entendu parler de Fabrice Soulier. Au lieu de ça, je l’ai remporté, ce qui m’a permis de poursuivre mon aventure jusqu’au head’s up final et de remporter les 610.000€ de la deuxième place.

Y a-t-il un coup dont tu sois particulièrement fier ?

Je ne suis pas tant fier d’un coup particulier, mais plutôt de la manière dont j’ai géré mentalement le tournoi, car j’ai pris des sales coups sur la tête dès le début, en perdant notamment set over set face à Daniel Negreanu qui me fait chuter aux alentours de 15k au bout de 3 heures de jeu (les joueurs démarrant le tournoi avec 30k jetons NDLR).

Derrière, j’ai réussi à remporter quelques coups qui m’ont fait remonter aux alentours de 25k et je reperds une confrontation AxKx face au AxJx d’un short, ce qui me fait redescendre aux alentours de 13k en milieu de Day 1.

La chance que j’ai eu est que ces coups durs ont eu lieu à des moments où j’avais un stack conséquent et je couvrais mes adversaires, ce qui m’a permis de continuer à engranger des jetons.

Les finalistes… nous t’avons vu à plusieurs reprises en plein duel de regard avec Dominik Nitsche. Que peux tu nous dire sur le joueur allemand et sur les autres finalistes ?

Globalement, le niveau de cette table finale était très relevé.Fabsoul TF Main Event

Domink est un joueur qui a l’air comme ça d’un ado boutonneux qui débarque sur le circuit et pourtant j’ai l’impression de l’avoir toujours vu. C’est un vrai joueur super solide et c’était un des adversaires de la table finale que je craignais le plus, surtout qu’il avait la position sur moi.

Il y avait aussi Benny Spindler qui était le danger numéro 1 à la table… malheureusement il a pris un mauvais départ et il a été éliminé en sixième position.

_MG_9647

Parmi les autres finalistes, il y avait également Ravi Raghavan qui a remporté l’année dernière le WPT Five Diamond Poker Classic et jouit d’une bonne réputation parmi ses pairs.

En ce qui concerne Adrian Diaz, je trouve qu’il a joué un poker assez agro et de qualité qui lui ont permis de remporter cette finale très relevée. C’est juste dommage pour apporter encore un peu plus de prestige à cette finale, que n’y aient pas figuré quelques grands noms américains tels que Shannon Shorr qui a été éliminé à la 9e place face à l’espagnol.

Et sur ton dernier adversaire Adrian Diaz Mateos… que retiens tu du Head’s Up face à ce jeune prodige de 19 ans ?

En ce qui concerne le head’s up, il a été très difficile étant donné que j’ai démarré avec 2 millions de jetons face aux 9 millions de l’espagnol… l’avantage est que je n’avais rien à perdre.

Là j’ai eu un rush de cartes que je n’avais pas eu depuis au moins 1 an et demi et il m’a permis de renverser le head’s up assez rapidement en montant à 7,5 millions face à 3,5 chez mon adversaire.

C’est à ce moment là qu’a eu lieu un nouveau break pendant lesquels l’espagnol a eu le temps de se ressourcer et de reprendre ses esprits. A partir de ce moment, la dynamique a totalement changé et je n’ai pratiquement plus remporté un coup. J’ai essayé de placer un bluff que je n’ai pas super bien amené et j’ai peut être fait preuve d’un peu trop de frustration et d’envie d’en finir trop vite.

Le Clan Français derrière Fabsoul

Le Clan Français derrière Fabsoul

Quand j’ai vu mon adversaire revenir à ma hauteur, j’ai eu un sentiment étrange qui pourrait presque s’apparenter à de la culpabilité et je me suis mis à penser à mes amis venus m’encourager dans les gradins, aux croupiers et personnel du casino qui travaillaient depuis plus d’une semaine et qui voyaient le head’s up s’éterniser… et même moi avec la fatigue qui commençait à se faire sentir, j’ai avec un peu de recul, le sentiment d’avoir laissé passer une réelle opportunité de remporter un nouveau bracelet WSOP… j’aurais du prendre beaucoup plus de temps et tenter de l’asphyxier quitte à ce que ça dure, 5 ou 6 heures de plus.

Sinon je trouve que Mateos Diaz a joué un super poker et je suis malgré tout, content de ce que j’ai fait.

Pour autant, même si jusqu’à présent j’avais eu d’assez bons résultats en face à face, je vais essayer d’améliorer cette facette de mon jeu pour être à l’avenir, mieux préparé face aux adversaires les plus expérimentés. En effet, aujourd’hui la jeune génération est de plus en plus forte, notamment en head’s up car ils pratiquent beaucoup sur internet, donc je vais essayer de travailler un peu plus cette facette de mon jeu.

Quel est ton emploi du temps pour les mois à venir?

Là je prends quelques vacances bien méritées mais vous pourrez me retrouver au mois décembre à Prague où Everest Poker organise le Everest Poker Live Prague et j’enchaînerais avec le WPT et l’EPT de Prague pour finir l’année en dépassant je l’espère, le million de dollars de gains.

_MG_9710

Je profite de cette interview, pour remercier la communauté Everest Poker du soutien manifesté notamment sur les réseaux tout au long du Main Event des WSOP Europe… c’est dingue le nombre de messages reçus le jour de la table finale… merci les amis!

Exprimez vous!

*